Des mots pour le dire…

Le Café de la gare disparaîtra-t-il?

Le projet du Pôle d’Equilibre Territorial et Rural (PETR) de le détruire pour y implanter un bureau d’information de l’office de Tourisme de la Vallée de la Dordogne inspire la muse des « Amis de Collonges » qui voit avec nostalgie disparaître ce qui fut un haut lieu de convivialité du village.

A Collonges la Rouge,  l’ancien café de la Gare se lézarde et se lézarde aussi l’avenir des collongeois. Nous nous sentons vieillir et si nous n’y prenons garde  nous risquons de perdre le contact amical qui nous a unis si longtemps. Il est vrai  que les restrictions liées à la pandémie actuelle n’ont pas arrangé les choses. Certes, l’afflux incroyable de touristes, cet été, a pu profiter aux commerces de notre petite ville. Mais les anciens ?  Et les quelques habitants de tout âge ?

Sommes-nous reconnus ou s’agit-il de nous « balayer » au nom des touristes de la vallée de la Dordogne ? Cela voudrait dire qu’un « habitant-mémoire » de notre merveilleux village ne vaut pas un seul de ces visiteurs ?

 Les sites de la grande vallée de la Dordogne n’ont rien à craindre : paysages  et vieilles pierres dureront encore bien longtemps après nous.

 Notre village est déjà assez rouge, inutile de le saigner davantage !

 Nous souffrons, nous sommes blessés ! 

Alors oui ! Un café où les collongeois pourraient se retrouver, s’échapper en été, se réchauffer en hiver … Reprendre, quand la vague touristique serait passée, l’espace qui leur revient dans un lieu intime A la mi- saison retrouver leur place autour des  deux tables de pierre. Avec le froid, entrer, échanger, se réanimer et ouvrir cet éventuel « club de vieux » à nos descendants…

 Il n’est pas bon, me direz-vous, d’être passéiste, nostalgique ? Il faut aller de l’avant… L’un n’empêche pas l’autre et puis, dites-moi : la nostalgie, n’est-ce pas la tendresse des souvenirs ? De cette tendresse qui nous manque quand la modernité dépasse ses droits et que la pandémie nous enferme.

Respirons, étayons, colmatons les fissures et laissez-nous  respirer encore quelques années !  Le village, lui, continuera à être célèbre, n’en doutons pas !

Rose-Marie Barandiaran-Jaubertie   Sept 2020

Carte de vœux 2019

Merci pour cet envoi de vœux illustré d’ une si judicieuse animation. Je vous livre mon ressenti. Encore merci !
Marie-Rose Barandarian


« AMIS DE COLLONGES » VŒUX 2019

 Elle tient  le coup la vieille dame
Dans sa robe fanée couleur d’aurore ou de crépuscule… 
 Notre Maison de la Sirène, maison des Amis !
 Pour ce Nouvel An, à ses pieds, un Metteur en scène-Chorégraphe a organisé une petite récréation…
En l’honneur de l’an 9 !
 Chiffres géants, petits comédiens facétieux tout droit venus de la Comedia dell Arte ou plutôt échappés des dernières théâtrales Collongeoises, animent des chiffres géants dont les 3 premiers se lézardent : 201 9. Le Zéro, lui aussi, se lézarde, ainsi tourne  la roue du temps qui passe.
 Coups de pied, coups de chiffon… On se débarrasse du vieux pour promouvoir le neuf et le 9 décolle, hissé par une poulie arrimée à l’ « aléro » du toit. Le nœud du 9 a pu se faire car tout en bas s’arque boute et tire sur la corde, un petit personnage : sorcière ou sirène ? Mais  personnage bénéfique…
 Oui, le temps a tanné le grès rouge et verni les lauzes, l’Association des amis de Collonges a vu défiler de nombreux et de précieux membres… Les décennies se sont enchaînées et même le siècle a changé !
En 2019 Collonges, à nouveau, sera soutenue, promue, veillée et surveillée…

 Meilleurs Vœux à Collonges et à tous ceux qui  l’aiment !

 Marie-Rose Barandiaran-Jaubertie



Durant plus de 50 ans de présidence,
le Docteur Paul Faige a recueilli
de nombreux témoignages de visiteurs.

                Nous tenons à vous les faire partager avant de découvrir notre site.

André Maurois img860 img861

Poème Jean MOUZATimg862bis